Musiciens

Baraka Swing est un trio de jazz manouche coloré et pétillant basé à La Rochelle.

Une formule où les cordes sont à l’honneur avec contrebasse, guitare et violon, dans une osmose parfaite.

Créateur  d’ambiance poétique et romantique tout en restant dynamique et enthousiaste, le trio Baraka Swing interprète un répertoire raffiné et enjoué avec une dominante jazz manouche dans la pure fibre de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli souligné de quelques teintes musicales venues des pays de l’est.

Cette formule convient parfaitement à un environnement festif, détendu et joyeux.

Professionnels, les musiciens du trio proposent une prestation clé en main, flexible en fonction des temps et souhaits des organisateurs, ainsi qu’une présentation et une discrétion irréprochables.

Lorsqu’il s’offre sa première guitare, Boris Alexandre a une approche musicale assez éclectique. C’est à l’écoute de Romane qu’il est saisi par le Jazz Manouche. Il comprend d’emblée ce qui est magique : la possibilité de raconter des histoires en faisant chanter sa guitare.
Ainsi, il se met au travail et privilégie d’abord l’apprentissage de l’accompagnement. Il écoute les maîtres de la pompe et travaille en autodidacte sans relâche. Il fréquente alors régulièrement le festival de Samois-sur-Seine où il fait des bœufs marathoniens avec d’autres amis musiciens passionnés de la musique de Django Reinhardt (Adrien Tarraga, Alban Claret, François Hégron…)
Naturellement, Boris se met à jouer les thèmes et les chorus sur sa guitare signée Yohan Cholet. Sa soif d’apprendre l’amène à rencontrer Samy Daussat et Mathieu Chatelain lors de Masterclasses et prendre des cours avec Serge Krief, son mentor. Il partage occasionnellement la scène avec Rémi Dugue, Mathias Guerry, et plus tard créé le trio Django Black Band, groupe de Swing à La Rochelle.
Elégant à la ville comme à la scène, Boris Alexandre trace son chemin de guitariste : faire de sa passion une profession.

Jeanne Robert débute le violon à l’âge de sept ans. D’abord par la voie classique, quinze années de conservatoire, l’obtention de tous ses diplômes, elle visite la musique de chambre sous toutes ses formes. Curieuse, mais surtout dépendante à la découverte, elle forme quatuor à corde, trio et duos, qui la mèneront à découvrir les envolées frénétiques du monde classique, la musique contemporaine, les airs traditionnels Yiddish, en revisitant les styles et en repoussant les limites de l’écriture.  Pour pousser son désir de travailler la composition, l’arrangement et le contrepoint, elle entre dans l’univers de la chanson française et du rock, jusqu’à enregistrer avec les Têtes Raides sur l’album l’An Demain, et partir en tournée avec eux avec le spectacle Corps de Mots. Après tout ce temps, elle se rend compte qu’une musique l’a toujours accompagnée, et a été un point d’accroche dans sa carrière, la musique du voyage, la vélocité du jazz manouche.

Johan Lenoir fait ses premières armes à l’âge de quinze ans avec la guitare basse. Il accompagne alors de nombreux groupes de blues, rock, soul et country dans les cafés concerts et les festivals. Au fil du temps, il perfectionne ses connaissances rythmiques harmoniques dans l’univers des musiques amplifiées jusqu’à un pari fou qui l’amène contre toute attente à la contrebasse, dans un nouvel univers où il trouve ses marques…celui de la musique acoustique. Progressivement, les rencontres musicales et amicales le portent avec passion à explorer et exploiter cet instrument à la tessiture unique. Autodidacte, il étudie les styles musicaux, la technique instrumentale et finalement, au delà de la passion, fini par en faire son métier.